Bataille du Herrenberg № 102

… après la bévue de Troisvierges – le 1er août 1914, soit un jour avant que l’empereur Wilhelm II d’Allemagne ne déclare officiellement la guerre à la France, un détachement du 69e régiment d’infanterie de Trèves sous les ordres de Leutnant FELDMANN occupa par mégarde la gare de Troisvierges et s’afférait à déboulonner les rails à la sortie du tunnel am Knierchen – l’envahisseur allemand ne s’arrêta pas en si bon chemin: Le 7 août 1914, les troupes impériales d’outre-Our, -Sûre et -Moselle stationnées à Diekirch s’apprêtèrent à livrer bataille – « Kanonen werden am Herrenberg in Stellung gebracht » – contre l’ennemi français qu’ils pensaient avoir localisé à Stegen, à 6 km au sud de Diekirch. Les poilus, qu’ils soupçonnaient de se préparer à lancer une contre-attaque, avaient en réalité établi leurs campement et baraques à 45 km au sud-ouest de Diekirch, à Stockem près d’Arlon en Belgique. Décidément Stegen au Grand-Duché de Luxembourg et Stockem en Province de Luxembourg, ce n’est pas kif-kif bourricot. Surtout pas en temps de guerre. Même pas à Diekirch, … et la bataille du Herrenberg n’eut pas lieu. (bp, pm, ms, cb, 2014-08-11)

 

 

Dessin de Leopold ZANEN – wird am 28.9.1918 zum Kommis der städtischen Beleuchtungs- und Wasserwerke ernannt – illustrant la mise en place de canons dans les pentes du Herrenberg et accompagné d’un commentaire pointu: « Das ist die bekannte Schlacht am Herrenberge beispiellos an Opfer und Erfolgen !!! » [Voilà la bien nommée bataille du Herrenberg, remarquable par les sacrifices et les victoires qu’elle engendra !!!]. [L. ZANEN_1924 ; collection: pm]

Références

Articles SVQ liés

Sauvegarder en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Donner votre commentaire sur cet article